Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc
(Lc 10, 17-24)

Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »
A ce moment, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

– – – – – – – – – –

Il y a un mélange d’encouragement et de mise en garde, d’enthousiasme parce que Jésus voit l’efficacité de sa mission et de crainte parce qu’il sait que la résolution de ses disciples est fragile. Pourtant, c’est bien aux tout-petits que la révélation est faite en plénitude, malgré leur faiblesse. Sans doute ne peuvent-ils pas être de grands organisateurs. Ils ont besoin, pour que le changement s’installe dans la durée, de personnes plus aguerries, comme Jésus a eu besoin de Paul. Mais les intuitions de base viennent par eux, les élans qui touchent l’essentiel aussi, comme les engagements fondamentaux.
Ils sont faibles et c’est pour cela que l’on se méfie d’eux. Mais pour Jésus c’est un avantage parce que cela les rend plus transparents, davantage dociles aux impulsions de Dieu. La force des savants donne des assurances, mais les certitudes qu’ils apportent sont autant d’enfermements dont il est difficile de sortir, s’il l’on cherche à éviter la sclérose. Chaque pas accomplit est marqué du sceau de la permanence et il est difficile de s’en passer. Pourtant les divagations des petits sont les seules à montrer des nouveautés, elles invitent à sortir des sentiers battus, elles portent l’avenir.
Les petits et les pauvres sont souvent eux aussi enfermés dans leurs limites et dans des pratiques répétitives. Il ne s’agit pas de les idéaliser, mais de se mettre à leur écoute et de se rendre attentifs aux pistes qu’ils nous ouvrent sans même s’en apercevoir.