Tempête dans un bénitier

Après « la paix Benoît » quelques remous sans plus pour ce qui me concerne. Les réactions se multiplient par ailleurs et c’est heureux.
Suite aux messages que j’ai reçus et en évitant la polémique, je voudrais donner une précision à l’intention de ceux qui ont été interrogés par l’allusion à mon départ sur la pointe des pieds.
Non je ne menace pas de démissionner, bien au contraire. Non seulement ça ne servirait à rien, mais en plus je n’ai aucune envie de partir, je suis bien à Pessac. La collaboration avec mes deux frères prêtres, avec deux diacres, avec les trois laïcs nommés par l’évêque se passe au mieux. Nous sommes bien aidés par le conseil pastoral et une bonne centaine de responsables divers qui prennent tous leur place dans la mission. Si la perfection n’est pas de ce monde, c’est à plusieurs que nous accueillons ceux qui se présentent pour des baptêmes, des mariages, des obsèques, ensemble que nous célébrons ces temps forts de la vie, chacun à sa place et selon ses capacités. Les célébrations dominicales connaissent une bonne fréquentation, elles sont animées et priantes. Les enfants du catéchisme, aidés par leurs parents et des catéchistes, progressent dans la découverte de la foi, même si nous essayons d’imaginer des évolutions. Les plus âgés se retrouvent au conseil des anciens, ils ont réfléchi sur Noël et bientôt sur le carême. Les jeunes participent aux aumôneries, il y a des « Jeunes Chrétiens en Solidarité » et un conseil des jeunes dont la principale décision a été d’organiser un temps de prière hebdomadaire. Les relais se retrouvent pour dynamiser la vie de chacune des paroisses. Il y a de l’ACI et de l’ACO, du MCR, un peu de JOC, des groupes de solidarité. J’en oublie bien entendu…
Bref ça bouge, ça vit, ça prie, ça réfléchit, ça chante, ça célèbre, ce n’est pas parfait, on y travaille, mais les paroisses sont dynamiques et nous essayons que la Bonne Nouvelle soit annoncée au plus grand nombre, sans crispations excessives et dans l’espérance.
Ce n’est pas sur ce point que portait mon interrogation.
Je voulais insister sur le fait que je ne me donne pas ma mission mais que je la reçois de l’église, de mon évêque plus concrètement. Je suis à Pessac parce qu’il m’y a envoyé, J’y reste tant qu’il me maintient sa confiance. Je ne suis pas propriétaire de mon poste pas plus que de la manière dont je l’assume. Je ne suis pas davantage libre d’interpréter l’évangile selon mes humeurs ou de célébrer selon mes caprices. Je n’ai pas à juger les orientations de l’église et c’est pour cela que je suis particulièrement choqué par les intégristes quand ils se permettent de juger un Concile ou qu’ils se prétendent au-dessus de la grande majorité des chrétiens, le « sensus fidei ». Mais de ça aussi ils se sont emparés le revendiquant pour eux.
J’ai besoin de la reconnaissance de mon évêque pour rester curé de mes paroisses, comme pour mes relations en dehors. Quand je suis reçu par le maire, il est important qu’il sache que je suis en communion avec l’église, quand je participe à l’entraînement dans mon club d’aïkido (ils m’appellent « padre » !), quand je rencontre mes amis, il est essentiel qu’ils sachent que je suis un prêtre reconnu par mon évêque et non un fantaisiste. Je ne suis pas à mon compte, je ne fais pas ma promotion personnelle pas plus que celle de mes idées.
Ceci dit, il est vrai que j’ai pris des orientations, que j’ai fait mon séminaire dans la foulée du concile, que je suis issu de la mouvance action catholique pour qui l’image du levain enfoui dans la pâte est central : Mat 13, 33, Luc 13,21. Rejoindre les gens dans leur vie avec respect, communier à leurs préoccupations, à leurs questions, à leurs espérances et à leurs doutes est premier. Ce n’est que dans ce contexte que la Parole peut-être annoncée pour que la pâte lève dans son ensemble. Parler à chacun dans sa langue, lui apprendre que Jésus le rejoint dans sa vie et l’appelle, lui permettre d’aller jusqu’à lui et de le prier, voilà comment j’ai compris Vatican II et comment j’essaye de le vivre.
Si l’église me disait un jour que j’ai tort, si je ne pouvais plus être prêtre de cette manière, je me sentirais désavoué, je me poserais des questions sur ma manière d’être chrétien. Je me sens incapable d’adhérer aux thèses intégristes et même de me rapprocher des manières traditionalistes, mais je ne suis pas prêt à partir en croisade. Par respect pour l’église je me mettrais donc sur la touche sans esclandre.
Plaise à Dieu que cela n’arrive pas !
Je ne crois pas que le risque soit grand…
Si je peux me permettre une dernière remarque… est ce que notre vision n’est pas trop occidentale ? Il n’est pas vrai que le christianisme recule partout dans le monde. Il progresse encore en Afrique et surtout en Asie, en fidélité au concile Vatican II et aux langues locales. Chez nous il intéresse encore de grands esprits comme Michel Serres ou René Girard pour ne citer qu’eux. La parole de Jésus continue à provoquer les hommes d’aujourd’hui, elle les amène à se poser des questions sur ce qu’ils vivent, j’en fais l’expérience au quotidien.
Que l’attention à quelques nostalgiques réactionnaires ne soit pas un frein à l’élan de l’Esprit.
Amen ! 

16 réflexions sur “ Tempête dans un bénitier ”

  1. Mon Père,
    Je trouve quand mème sidérant ce racisme que vous manifestez vis-à -vis de ceux que vous qualifiez péjorativement d’intégristes. J’imagine que vous devez y inclure tout ce qui ressemble de près ou de loin à  ce qu’on appelle aussi les traditionalistes. N’est-ce pas un réel manque de charité de les considérer aussi mal ? Les connaissez-vous vraiment ? A une époque ou tout le monde a le droit de s’exprimer sur tout et o๠on s’efforce de respecter les idées de tout le monde, pourquoi ne pas commencer avec eux ?
    Y aurait-il des catholiques de seconde zone dans votre lecture de l’évangile ?

  2. C’est avec un plaisir, que j’ai pu découvrir vos articles. Je me laisse encore demain pour les relire tant ils me laissent…stupéfait de plaisir.
    Enfin, des hommes d’Eglise qui prennent la parole, vous qui la prèché tant de fois parmi nous ( celle du Christ), souvent devant des ouailles qui n’entendent que le tic-tac de l’horloge, sous un air de prière ( là  je m’inclus volontiers dans le lot, quelque fois) .
    Oui, en effet, nous vivons des paradoxes, des incartades, des trahisons aussi.
    Relevons les manches, laissons notre verbe s’envoler dans le respect de notre croyance qu’est la Parole du Christ.
    Allons à  la rencontre de nos  » amis à  genoux », aidons les à  se relever pour vivre parmi les autres.
    Car, la vie autour de nous est le signe éternel de la présence de Dieu.
    Ne laissons pas cette vie s’évanouir, par des hommes ou des femmes les yeux fermés.

    Fraternellement , Emmanuel VIVET

  3. Bonjour,

    Un petit mot pour vous féliciter d’oser dire ce genre de chose. Ce n’est pas parce qu’on est catholique qu’on doit ètre d’accord avec tout ce que dit le Pape. Lorsqu’on rentre en religion, on n’est pas obligé de perdre son individualité.

    D’autre part, je trouve que l’Eglise est assez en retard sur pas mal de points comme le mariage des prètres qui, rappelons-le n’a été institutionalisé par l’Eglise (et ni par Dieu, ni par Jésus Christ) assez tardivement (au VII siècle si je ne m’abuse). Alors au lieu de régresser en se rapprochant des intégristes, cela ne lui ferait pas de mal de se moderniser un peu. Après tout, Rome ne s’est pas faite en un jour et Dieu, lui-mème, a envoyé Jésus Christ pour moderniser l’ancien testament et passer de la loi du talion à  « aime ton prochain »…

    Bref, loin de moi l’idée de vouloir polémiquer. Je voulais simplement dire que tout comme l’opinion d’un Georges Bush ne représente pas l’opinion de tous les Américains, les actes du Pape ne signifient pas que tous les Catholiques sont intégristes. Merci d’avoir souligné ce point.

    Estelle

  4. Mon père,
    Avec tous le respect que je vous doit, n’avez vous pas pris l’engagement d’obéissance à  votre évèque et donc indirectement au pape ? (je vous propose de lire les réactions des évèques de France sur le sujet)
    Ne pensez vous pas que votre écho médiatique est absolument fabuleux pour encore attaquer l’église et laisser les médias continuer un amalgame honteux sur la levée d’une excommunication et la réintégration dans l’église.

    Je comprend votre amertume, ayant moi-mème connu certaines personnes de ce mouvement et ayant un certain nombre de difficultés à  m’entendre avec eux mais cela justifie-t’il de ne pas chercher à  les réintégrer dans l’église et de leur tendre la main. (sans bien entendu, comme l’a dit tous les responsables religieux revenir sur le concile) L’évangélisation ne doit-elle pas ètre pour tous le monde sans exception ?

    En union de prière.

  5. De tout cÅ“ur avec vous. Votre texte est magnifique et voir qu’un clerc ose dire que l’avenir de l’à‰glise, qui nous est chère, ne se trouve pas en arrière me réconcilie un peu avec cette lourde institution. La vérité de l’à‰glise est dans les femmes et les hommes qui la composent dans nos paroisses parfois joyeuses, souvent hélas ronronnantes, certainement plus qu’à  Rome. Comment a-t-on pu laisser s’encroûter tant de machins sur le discours dynamique des à‰vangiles ?
    Amicalement

  6. Je réagis à  votre article du Figaro. Je ne crois pas que les bons sentiments font la vérité et le nombre encore moins, l’histoire de NS JC en est une preuve vivante. De quoi avez vous peur dans le fond? Voyez toutes ces associations pour la survie des Inuits et des coutumes ancestrales africaines, cette volonté de conserver le patrimoine, pourquoi ne le voyez-vous pas sous cet angle ? Pourquoi l’Eglise qu’ont connu nos ancètres jusqu’à  nos parents serait devenu tout d’un coup infréquentable et mauvaise? C’est tout simplement parce que Vatican II et votre formation au séminaire sont une rupture avec ce passé et que cette Eglise d’ « avant » vous fait peur et vous rebute, plus par ignorance que par malice je pense. On reconnais un arbre à  ses fruits et malgré votre optimisme forcé je constate que la pratique religieuse et les vocations dans notre pays sont catastrophiques. J’ai moi-mème abandonné il y longtemps. La pastiche de cène protestante, les chants mièvres avec des guitares, les sermons socialo-larmoyants sur la faim dans le monde et la prise de pouvoir des laà¯cs bien intentionnés dans les paroisses ont fait fuir les gens. l’Eglise n’est pas une ONG, on a Kouchner pour ça au journal de 20h. Les à¢mes veulent du sacré et du surnaturel ! La vérité est que vous nous proposez une Eglise anthropocentrique alors qu’elle est théocentrique par nature. Dites-nous ce que vous pensez de la Sainte Trinité, de la présence réelle, de l’Immaculée Conception, de la divinité de NSJC et de la réalité de l’enfer ? les lecteurs comprendront alors plus aisément pourquoi vous préférez l’Islam, les sectes protestantes et le judaà¯sme à  la Tradition de l’Eglise qui est votre mauvaise conscience. Si vous croyez à  la libre interprétation des Ecritures, à  la sacralisation de l’homme, au relativisme, que l’Eglise est une démocratrie, que Dieu doit s’adapter au siècle et non l’inverse et surtout que les Saints et les papes jusqu’à  JP II se sont trompés honteusement, alors oui! je comprend que vous ayiez des craintes. L’Eglise n’est pas un commerce, elle ne doit pas changer son message selon les souhaits de ses clients et encore moins cajoler naà¯vement le monde pour s’excuser de son existence. Les à¢mes ont besoin de la vérité pleine et entière, quitte à  ce qu’elle dérange ou mème offusque la bien-pensance consumériste du monde. Etre dans le vent est une ambition de feuille morte ! Le vrai message du Christ dérange le monde dans ses petites affaires et il nous a dit que le combat serait rude. En revanche, Le jour ou le monde vous accepte avec un sourire complaisant, o๠l’Eglise abdique son combat pour se normaliser selon ses règles à  lui avec une petite morale passe-partout dénuée de sacré et de contraintes, alors oui ! il peut y avoir des inquiétudes du retour des traditionalistes et alors déchaêner sa haine comme on le voit aujourd’hui! Je suis de milieu simple, mes parents ont abandonner leur foi après vatican II. J’ai vécu des années de déréliction et, grà¢ce à  la FSSPX je suis revenu à  la foi de mes ancètres et j’ai redécouvert la beauté de l’Eglise. Beaucoup de mes amis ont suivi ce chemin, las des mièvreries des modernistes. N’en déplaise à  des gens comme vous, la tradition crée des vocations et augmente chaque jour le nombre de ses fidèles. L’Eglise n’a pas 40 ans mais 2000 ans ! Je prierais pour vous devant le Saint-sacrement : « pardonnez leur, il ne savent pas ce qu’ils font ». Je respecte la personne mais pas vos idées, distinction qui a perdu son évidence aujourd’hui comme beaucoup d’autres choses.
    Mes respectueuses salutations.

  7. Bonjour mon père, je voulais juste vous livrer un témoignage sur les nostalgiques réactionnaires. (Dont je pense et j’espère, très peu nient la Shoah!!) J’ai 35 ans, j’ai donc été cathéchisée dans les années 80, je ne suis nostalgique de rien du tout car De Gaulle est mort avant que je naisse.
    Je me souviens très bien des premiers cours de cathé: les 4 éléments. Le feu, l’eau, l’air, la terre… L’importance de ces 4 éléments dans la Bible. Je devais ètre en 6è et j’ai eu l’impression qu’on me faisait un cours de français (de bas niveau). J’ai trouvé ça « nul ». Puis j’ai rencontré les guides et un prètre qui faisait la messe en latin. C’est grà¢ce à  lui que je comprends le credo, l’esclavage du péché et le sens du salut, et grà¢ce à  la prière du chapelet qu’il nous a enseignée, que j’ai finalement rencontré le Christ.
    Pour moi, les chants de l’église à  laquelle je me rends très souvent, me fatiguent, et me font penser à  Casimir et l’Ile aux enfants. Il n’y a aucun temps de silence pour se recueillir et en plus ça prend plus d’une heure à  cause des chansons!! Il n’y a pas beaucoup de gens de mon à¢ge dans cette église, ou bien des jeunes, qui comme moi s’agenouillent au moment de l’eucharistie.
    L’orientation permanente vers l’action sociale de l’église de mon quartier me va très bien (mais il y a déjà  des impôts), la demande des divorcés remariés me touche, mais je ne peux m’empècher de penser que les prètres modernes (… ils partiront bientôt tous à  la retraite…) ne prennent pas en compte l’importance de la prière, l’exigence des sacrements. Au lieu de plaider toujours pour les mariés divorcés, peut-ètre pourrait-on se demander pourquoi autant de chrétiens divorcent? Et prier pour les familles? Une femme sur deux avorte en France, alors que 80% prennent la pilule, vous croyez que tout cela est sans conséquence sur le mariage?
    Aux Etats-Unis les prètres protestants sont aux deux tiers divorcés et marient des gens de tous sexe et situation, qui font mème parfois faire leurs enfants par des femmes payées pour (un ovule de bonne qualité coûte 60 000$ et autant pour la gestation). Je me sens très éloignée de ces chrétiens et pourtant je prie pour qu’ils rejoignent la communion (mais comment le faire quand on n’y croit pas?).
    Le « levain caché » me paraêt s’opposer à  « la lumière sous le boisseau » et les prètres modernes devraient se poser la question de savoir pourquoi il n’y a pas de vocation en France. Pourquoi accuser toujours les chrétiens d’ètre antisémites, alors que le nazisme était une idéologie paà¯enne, de nous accuser de tous les maux (colonisation, esclavage…) et de braquer toujours les feux des projecteurs sur ce que nous avons de pire? Est-ce que c’est mieux ailleurs? Je ne le crois pas et non, nous ne sommes pas parfaits. Alors pourquoi ne défendez-vous pas l’action de l’Eglise en général, au lieu de vous mettre à  hurler avec les loups?

  8. Dans quelques années, la portée des décisions historiques prises récemment par Benoêt XVI apparaêtra dans toute son ampleur. Elles marquent en effet un tournant historique dans l’histoire de l’Eglise. Peut-ètre faudrait-il simplement parler de renouement avec une tradition bimillénaire qui marque la mise entre parenthèse d’une brève crise moderniste qui avait transformé la barque de Pierre en passoire, qui prenait l’eau de toutes parts », pour reprendre l’expression de Benoêt XVI. Il est très intéressant de remarquer les braillements de toute la presse moderniste qui se croit représentative de la volonté générale d’un peuple théorique qu’ils substituent un peur rapidement aux peuples chrétiens réels qui eux votent avec leurs pieds. Les traditionnalistes au grand dame de certains évèques sont en train de gagner la partie sur le terrain en obligeant les clercs à  se conformer au Motu Proprio. Pareillement l’Eglise catholique redécouvre ses frères séparés de l’Est à  travers le grand renouveau chrétien qui se déroule en Russie et en Ukraine. Des dizaines de millions de martyres du communisme font enfin entendre leurs voix, par delà  toutes les tentatives d’étouffer la mémoire de leurs multiples shoas si vite oubliées par ceux qui rèvaient d’édifier une nouvelle église sur les ruines de l’ancien monde. Il faut croire que leur souvenir qui envahit brusquement l’actualité devient intolérable à  certaines oreilles modernistes qui croyaient avoir clos un peu vite le grand livre de deux milles ans de chritianisme traditionnel.

  9. Il n’y a pas que quelques « intégristes » à  qui Sa Sainteté tend la main, mais également tous les catholiques qui ont désertés les églises, vos églises, épouvantés par cette religion de « copains » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas.
    Appliquez les Evangiles : pardonnez, écoutez.
    Vous ètes jaloux de la vicacité, de la religiosité, de la ferveur, de la foi qui animent cette église que vous proscrivez car elle n’aime pas l’application déviante de Vatican II;
    Vous ètes prétentieux, soyez humble.
    Vous ètes sectaire : accueillez ceux que Le Pape aime
    Vous ètes grossier : qui ètes vous pour ainsi parler à  Sa Sainteté ?

    Vous représentez ce que nous n’aimons pas dans l’Eglise actuelle.
    L’Islam et la religion juive n’ont jamais été aussi florissants. le catholicisme lui s’étiole et s’éteint doucement.
    Pourquoi : vous avez voulu aller vers les autres (religions) les comprendre. Eux n’ont pas changé et ilos ont eu raison.
    Mais pourquoi ne pratiquez-vous l’ouverture que vers l’islam et les juifs ? sont-ils plus « frères » que ceux que vous nommez intégristes ?
    Voilà  o๠mène les déviances de Vatican II : favoriser le dialogue avec les autres religions en délaissant ses propres troupes car elles ne comprennent pas et n’admettent pas que l’on mette sur le mème plan LEUR religion et les autres.

    Je ne prierai pas pour vous, vous ne le méritez pas.

  10. Vive la Miséricorde infinie de Dieu Trinité ! Qu’elle nous ouvre les yeux et le coeur dans les jours qui viennent !
    Père ou abbé Chrisian Alexandre,
    Je me permets de vous écrire suite à  votre réaction par rapport à  la décision du pape Benoit XVI de réintégrer dans l’Eglise catholique Mgr Richard Williamson, l’évèque négationniste britannique. Je fais un commentaire surtout, par rapport à  votre premier article », publié aujourd’hui sur le site du quotidien Figaro, mais aussi dans d’autres.
    Tout d’abord, je suis étonnée étant donné votre position de prètre, que vous agissiez et réagissiez comme la quasi unanimité des personnes, de manière « émotive », mais surtout en « écoutant les informations des médias » sans prendre le temps de vérifier vos sources, et de vous renseigner sur les raisons d’un geste, et surtout sur ce qui a été réellement fait et dit, et ce que signifie une excommunication d’évèques intégristes, sans vous poser non plus la question si le pape avait pu ètre informé d’une déclaration faite deux jours avant l’annonce d’une décision qu’il avait prise. Je ne vous expliquerai pas moi-mème et ne rectifierai pas l’erreur et l’assimilation erronée que vous avez faite en parlant de « réintégration ». Il y a beaucoup de communiqués qui ont été fait depuis quelques jours de la part du Vatican ou des évèques de France pour rétablie la « vérité » des propos, pensées du pape, et les conséquences de son geste…. encore faut-il prendre la peine de se renseigner aux « bonnes sources ».
    Qu’il y ait communication un peu tardive de l’explication de ce geste, cela a été reconnu, mais l’explication a été donné, et on doit bien se douter qu’un tel geste de la part du pape Benoit XVI, avec ce qu’il a pu montrer de ses pensées, paroles, actions n’est pas une lubbie de sa part, un geste de « démence », ni un geste de quelqu’un très éloigné « du peuple », un peu rétrograde et déconnecté de la réalité, ou autre… c’est pourquoi il n’y a pas à  réagir ainsi publiquement, sans chercher plus loin.
    Je peux comprendre votre réaction première. Moi-mème, catholique pratiquante, j’ai eu la mème réaction. Mais il me semble que tout de suite après, et avant votre interview, vous auriez pu prendre les moyens de vérifier les informations que vous aviez reçus. De plus, il me semble aussi, que vous auriez pu chercher à  savoir ce que cela signifiait et avait comme conséquences, n’étant pas un « spécialiste » de ces questions, et ayant peut-ètre « une culture » de la religion catholique (je ne sais pas) certainement supérieure à  la mienne, mais pas très avancée en ce qui concerne le domaine concerné.
    Cela me donne l’impression que certains cherchent à  tout prix à  détourner notre attention de certains sujets du quotidien o๠des décisions devoir ètre prises prochainement, et dont les enjeux sont immenses.
    En effet, je voudrais exprimer mon étonnement, voir plus, du fait que tout le monde soit, de manière juste, horrifié par de tels propos, envers des évènements qui font partis du passé, et que si peu de personnes, dont vous faites peut-ètre parti (je ne sais pas), s’horrifient devant des évènements du présent et reproduisent exactement la mème attitude, le mème comportement que Mgr Williamson à«t mème faites pire que lui, car nous participons directement au plus grand génocide mondial. La seule différence, c’est que lui renie une vérité d’un fait passé, et nous (notre société) renions une vérité d’un fait présent. De plus, c’est un simple déplacement des personnes visées et persécutées, victimes de génocides. Quand je parle de génocide, je veux parler de tous les enfants, bébés, ètres humains en formation qui sont tués par milliers tous les jours, toutes les secondes. Les autorités sanitaires reconnaissent comme première cause mondiale de mortalité le cancer, qui a atteint environ 12 millions de personnes, fin 2008. Et personne ne réagit ! Personne n’est horifié par le fait d’un si grand mensonge, d’une si grande perversité de l’information, et peut-ètre de corruption d’instances censées nous protéger ! Si peu sont horrifiés devant le fait qu’on ferme les yeux, qu’on nie, tout comme Mgr Williamson l’a fait cette semaine les chambres à  gaz d’une certaine période, « les chambres à  gaz » (image symbolique) qu’on infligent aux embryons avortés, tués, manipulés, torturés, par les techniques d’AMP, FIV, congelés, ainsi que par les recherches sur cellules souches embryonnaires (sans parler de l’avortement).
    On s’horrifie devant l’attitude de Mgr ou père ou pasteur WIlliamson, et on ne s’aperçoit pas qu’on a exactement la mème attitude que lui devant des évènements qui nous concernent directement tous les jours de notre présent. En effet, je parlais de 12 millions de personnes pour le cancer en 1998. En 1990, il y a donc près de 20 ans, était estimé à  environ 40 à  60 millions d’ètres humains en formation organiquement morts uniquement par avortement, (sans parler du reste évoqué plus haut). Et cela empire chaque année… Alors je ne sais pas quelle est l’estimation aujourd’hui, 20 ans après… mais…
    Et ce, alors qu’on sait que le débat de savoir quel est le statut de l’embryon, si c’est une personne est complètement dépassé, faux. Car tout scientifiquement prouve que l’embryon est une personne (cf les embryologues). Et ceci est « soigneusement » caché, falsifié à  la population.
    Quand allons-nous enfin reconnaitre et réagir devant le plus grand génocide que l’univers pourra connaêtre que nous sommes nous-mèmes en train de commettre ?
    Ne vous connaissant pas, je ne sais pas quelle est réellement votre difficulté : si c’est une méconnaissance du sujet que votre entourage ou les personnes qui vous ont « documenté », qui ont échangé avec vous , auraient nourri volontairement ou involontairement, ou si c’est une difficulté comme celle de Mgr Williamson à  ouvrir les yeux sur une réalité-vérité.
    Je ne suis engagée dans aucun parti politique, et le refuse d’ailleurs. Je suis « simple catholique pratiquante » pour laquelle la messe est vitale quotidiennement, tant que le contexte (ètre dans un lieu géographique o๠c’est possible) le permet..
    Mais en tout cas, si vous ne réagissez pas, vous risquez de contribuer à  transmettre des mensonges et un regard déconnecté du réel. Vous risquez de contribuer à  donner et transmettre comme regard à  la population celui qu’avaient les gens au Moyen à‚ge mais en pire, et qui faisaient que les parents ne parlaient pas aux bébés, et les tenaient enfermés comme des momies dans des linges, parce qu’ils les croyaient incapable de communiquer, de comprendre, de bouger….
    Or cette difficulté, ce regard erroné qu’on avait envers les bébés à  l’époque, et qu’on a encore un peu (moins dans notre pays, plus dans d’autres pays), s’est maintenant déplacé et c’est le mème problème qu’on retrouve envers les embryons, zygotes… qu’on croit « incapables » de tout, et donc qu’on considère « comme rien », « comme n’ayant aucune valeur » ou très relative par rapport à  un ètre humain qu’on peut voir avec nos sens, nos yeux, qu’on peut toucher…. ce qui est faux… et on reproduit les erreurs du passé. Dans certains pays, mais mème dans le nôtre, c’est également le mème regard erroné qu’on porte sur les gens qui ont un handicap physique, mental, ou qui paraissent « inutiles » à  la société.
    Et ceci est très grave. Je ne juge pas les personnes qui ont ce regard…. Je dis qu’il est de la plus haute importance d’y travailler, et de rectifier cette vision complètement fausse et inhumaine, comme de rectifier les fausses images de Dieu qu’ont beaucoup de personnes, et qui nous ont été communquées par de grands saints (qui à  l’époque avait déjà  une image révolutionnaire de Dieu).
    Quelle considération envers la jeunesse avez- vous donc ? envers les embryons ? c’est la mème question . Est-ce que vous vous imaginez ce que les jeunes, les enfants, les bébés, les personnes handicapées, mais aussi les personnes à¢gées « inutiles apparemment » (pas selon votre regard pour ces derniers, mais pour ceux de beaucoup)    « reçoivent » comme image qu’on a d’eux ? Car ils le sentent bien… dans l’ensemble. Vous pouvez oeuvrer à  leur transmettre ce qui vous semble le meilleur, mais si d’un autre côté, vous n’oeuvrez pas à  combattre à  ce qu’une sélection dès la fécondation se fasse afin que l’enfant naêt satisfasse l’attente des parents, jusqu’à  la couleur des yeux…
    (sans jugement envers votre personne, mais envers vos pensées et regard qui est pour moi inacceptable).
    Ma manière à  moi « d’aimer » c’est d’aider à  en prendre conscience, notamment.
    Et puis parce que j’aime, ou j’essaie d’aimer les jeunes, les enfants, les bébés, et les embryons… et tout ètre humain, quelque soit son à¢ge, sa position sociale, son utilité apparente ou inapparente…
     Actuellement des documents et des vérités ont été cachées, notamment par les autorités sanitaires françaises, et surtout par la « persécution et corruption » de grands groupes industriels, concernant la toxicité des métaux lourds (mercure…) et leurs effets si néfastes sur l’organisme, ainsi que ce qui concerne la sensibilité aux ondes électro-magnétiques. Dans plusieurs pays européens, des mesures ont été prises pour interdire le mercure présent dans bien des domaines… en France, des rapports attestent des conséquences, mais émettent des conclusions contraires relativisant complètement et renvoyant les personnes atteintes se faire soigner en psychiatrie, ou par psychologue… trop dérangeant !… Or, parmi les conséquences sur l’organisme, sont constatées une altération grave du système reproducteur, du système neurologique… Quand on sait que des problèmes de stérilité pourraient ètre évités si on avait accès à  cette information, et qu’on choisissait de se donner les moyens de mettre en place ce qu’il faut pour y remédier…. quand on sait que des enfants autistes peuvent redevenir comme tout enfant de son à¢ge, et que donc il n’y a plus de maladie incurable, alors qu’une pression se fait de plus en plus forte pour allonger cette liste… je préfère dire « sans commentaire » : cela vaut mieux.
    Et ne venez pas dire que c’est une question financière. Oui, la vérité est cachée à  cause du monopole imposé par les industriels dont le but se résume par un bénéfice pour certains (et tout ce qui va avec), en rendant l’homme esclave du marché financier, au lieu de chercher à  mettre l’économie au service de l’homme. Quand on sait tout l’argent que la sécurité sociale, le planning familial (par des affichages publicitaires et autres), et d’autres institutions dépensent pour financer une culture de mort, pour financer ce génocide… alors que cet argent pourrait permettre à  tant de personnes, de couples d’ètre guéri de leur stérilité, de maladies considérées comme « incurables » pour la vie entraênant des soins de plus en plus importants… d’autant plus que le nombre de personnes atteintes augmente (700 % d’augmentation de personnes malades atteintes d’Alzheimer en moins de 20 ans…)… et pour cause !
    Alors choqué par les propos de Mr Williamson, devant ses théories négationistes et un évènement du passé ? Oui. Moi aussi. Et par votre (notre) reniement devant un génocide présent que vous cautionnez directement et que vous souhaitez que nous fassions de mème ? Pas choqué ? Moi si contrairement à  vous, et contrairement à  vous, je ne suis pas choqué par le geste du pape, pour les raisons déjà  évoquées !.
    En ce qui concerne votre remarque :  »
    Tant que tu y es, si tu étais aussi paternellement sensible au malaise manifesté par les autres, les divorcés remariés par exemple qui se sentent exclus de la pleine communion avec l’à‰glise, »
    Je suis très étonnée de votre facilité à  adhérer aux positions de tant de personnes qui, la plupart du temps, ne pratiquent pas, ni en « recevant les sacrements », ni en lisant, méditant, priant les textes bibliques, ni en suivant une « foi populaire » liée à  une piété populaire, ni en étant informé du magistère de l’Eglise, ni en étant informé des réelles pensées et positions du pape Benoit XVI. Qu’il y ait un problème de communication, je l’entends… mais justement, ce n’est pas une raison pour faire entendre aux personnes non informées ce qu’il leur est le plus facile à  entendre, et à  adhérer à  leur demande seulement pour les « déculpabiliser » et masquer le péché, masquer le mal, et soutenir les gnostiques ou autres idéologies qui essaient pernicieusement de nier l’existence du mal, entretenir une confusion entre le bien et le mal. J’ai eu moi aussi pendant un jour un peu votre réaction, en pensant que si un tel geste était fait de la part du pape, il n’dy avait pas de raison pour que ce geste ne soit pas fait dans le sens inverse extrème. J’allais mème plus loin que vous en pensant à  l’ordination de prètres homosexuels, à  l’ordination sacerdotale ou cardinale de femmes,…enfin o๠il n’y ait plus de limites… ni d’identité de l’Eglise catholique. Mais je ne savais pas exactement ce que signifie l’excommunication. Maintenant, je comprends mieux. Mais si on accepte de connaêtre en profondeur le pourquoi et le sens des positions de l’Eglise catholique, on ne peut que louer Dieu, et dire merci. En effet, si l’Eglise catholique changeait sa position à  ce sujet, alors l’existence des vierges consacrées n’aurait aucun sens, la recommandation de la chasteté non plus, la vertu de la pureté non plus, la nécessité de la fidélité des couples dans l’engagement du mariage non plus (le libre-échange sexuel serait alors possible), l’ordination sacerdotale liée au célibat non plus, et finalement la reconnaissance de la Présence Réelle de Jésus, du Fils de Dieu, dans le Corps et le Sang auquel on communie à  la messe, dans le St Sacrement, dans l’Hostie non plus n’aurait plus de sens, et l’alliance unique, intime, personnelle, définitive de Dieu avec l’humanité, avec chaque ètre humain, acquise par Jésus-Christ, qui nous est révélée grà¢ce à  l’Esprit Saint, serait un mensonge. Je ne détaillerai pas le pourquoi, mais en réétudiant le pourquoi de la position par rapport aux catholiques divorcés remariés, vous pourrez retrouver cela. (cf le sens de l’amour sponsal notamment).
    Je suis vraiment étonnée qu’en tant que prètre, ceci, vous ne puissiez pas le comprendre, à  moins que vous ne perceviez pas et ne croyez pas en la Présence Réelle de Jésus en l’Hostie, en le St Sacrement.
     Je ne sais pas o๠réside votre difficulté. A moins que vous ayez voulu vous faire le porte-parole des gens que vous cotoyez, en cachant ce que vous pensez réellement, et en ayant voulu montrer qu’il était possible dans l’Eglise catholique de ne pas toujours ètre d’accord, de ne pas toujours comprendre et qu’il est possible de discuter, tout en restant « fidèle », et en faisant confiance à  la foi de l’Eglise, corps de Jésus, mère et épouse, qui se base sur l’Ecriture Sainte, le magistère et la tradition. Peut-ètre faites-vous comme certains bénédictins à  vouloir vous « mettre à  la dernière place » pour devenir humble, attirer l’amour de Dieu, rejoindre ceux qui se sentent blessés, humiliés… sauf que quand ce n’est pas vécu naturellement, que c’est une attitude adoptée volontairement, cela ne me semble pas « juste ».
    Par rapport aux autres points cités, je ne me permettrai pas de les reprendre, car sinon mon commentaire serait vraiment trop long. Mais en tout cas, le dialogue avec tous ceux que vous avez cités, y compris pour l’oecuménisme existe réellement, les actions ensemble aussi, les avancées aussi, mème si beaucoup peuvent toujours penser que ce n’est pas suffisant, et que c’est trop peu et trop lent… c’est signe qu’on est tous assoiffé d’ètre aimé et d’aimer, du vrai, du bonheur, de la plénitude… et que ce désir devient… brûlant ou glaçant, devient comme un début de « purgatoire »… on a tellement hà¢te de connaitre cela…. que seul Dieu nous donnera, lors du « retour glorieux de Jésus », lorsque que le règne de Dieu « adviendra ».
    Je vous remercie quand mème, si vous prenez la peine de lire tous les messages laissés sur votre blog, d’avoir pris la peine de le lire jusqu’au bout.
    Je ne peux que vous souhaiter à  vous, et ceux dont vous vous ètes fait le porte-parole, une prise de conscience accompagnée, grà¢ce à  l’Esprit Saint et les yeux fixés sur Jésus qui en mème temps qu’il vous demande « pourquoi me persécutes-tu ? » vous montre aussi l’Amour dont Il vous a aimé, vous aime et vous aimera toujours, par la tendresse, la bonté, la Miséricorde infinie de Dieu – prise de conscience qui pourra alors s’ancrer en vous profondément et vous amener à  « un revirement » concrétisé dans votre vie.
    Meilleur chemin possible inspiré par la Trinité Sainte,
    Melle régine oboussier
    « Jésus dit encore : A quoi vais-je comparer le Royaume de Dieu ? Il est semblable à  du levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à  ce que tout ait levé. » (Evangile St Luc, ch. 13, verset 20-21)
    « Si, étant ennemis, nous fûmes réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie, et pas seulement cela, mais nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ par qui dès à  présent nous avons obtenu la réconciliation. » (St Paul aux Romains, ch. 5, verset 10)
    versets à  lire non radicalement bien sûr, c’est à  dire à  la lumière de l’ensemble du message de Jésus, de l’histoire de l’homme avec Dieu dans l’Ancien Testament aussi mais lu à  la lueur de tous les évangiles notamment Je vous laisse l’interprétation..

  11. Salut et Fraternite Christian…
    Le tutoiement est facile, un respect plein d’ambiguite, un verbe manipulateur… et une fausse ecoute a tendance polemique et critique pour ton chef hierarchique, fais de toi un bien mauvais pretre l’ami ! C’est bien a cause de pretre comme toi que l’eglise se depeuple…a force de proner la culture de Madagascar dans notre bonne ville de Bordeaux fruit du siecle des lumieres tu nous desequilibre par ton manque de solidite sacerdotale…Ou as tu ete forme Pretre Christian ? Chez les soviets ? Ta parole est irresponsable…heureusement que nous sommes en democratie et pas en URSS tu aurais deja ete en prison croupir au milieu des rats…Nous t’aimons bien quand meme camarade Christian car tu as donne ta vie pour une belle oeuvre ne la salie pas avec tes mauvaises pensees en invoquant le Saint Esprit…
    A Dieu l’ami
    Camarade Christian…
    Pat

  12. Monsieur l’abbé ,

    Votre billet sur Benoît XVI m’a vraiment choqué. Pour moi, jeune de 27 ans qui a approfondi sa foi grâce à ce pape, je n’en reviens pas qu’un prêtre ait eu ce ton vis à vis de celui qui est le successeur de Pierre.

    Je me trompe peut-être, mais nous ne sommes pas protestants : c’est à dire que nous nous soumettons avec confiance à la direction de l’Eglise par son chef visible, le pape, puis les évêques, successeurs des Apôtres…

    Parfois, j’irai presque à dire souvent, les évêques et les papes font des erreurs. Les saints ont souvent été persécutés par les autorités religieuses de leur temps, mais ils avaient compris que derrière les péchés des ministres de Dieu, il y avait la sainteté de la hiérarchie voulue par Dieu, et que la volonté divine s’accomplirait à long terme, malgré ces péchés. Dieu a vaincu le monde, et Il a institué la Sainte Eglise, ce corps mystique, pour que le monde rejoigne l’Epoux.

    Pour finir, Jésus nous a bien dit de ne pas juger : ni son œuvre, ni le péché du prochain. Moi-même je me force à ne pas vous juger, mais vous imaginez bien que c’est dur de se contrôler, après la lecture d’un tel billet.

    Vous vous êtes cru capable de juger, et digne de donner votre jugement. Je pense que c’est une faute, parce que ce n’est pas ce que Dieu nous demande.

    Je vous conseillerai d’avoir une plus grande prudence : notre jugement ne vaut rien, en définitive. Faire ce que Dieu nous commande et met à notre portée doit prendre tout notre temps et nos efforts, n’est-ce pas ? Il veut que nous devenions saints, pas que nous devenions les juges et les surveillants de son Eglise. Les évêques sont chargés de ce travail…et ils reçoivent la consécration pour cela. Nous devons d’ailleurs prier sans cesse pour eux. Les péchés qu’ils commettent viennent sans doute en partie de notre manque de soutien spirituel à leur égard.

    Je conclue : ma génération prend un virage que les prêtres de votre âge ne peuvent comprendre, ou plutôt ne peuvent admettre. Vous avez connu l’enthousiasme et l’espérance en une transformation de l’humanité, dans ces années 1960-1970-1980. Nous, nous vivons dans un monde froid, dur et matérialiste : la transformation n’a pas eu lieu, et aujourd’hui nous enlevons la poussière du vieux coffre solide que certains de nos aînés avaient laissé au grenier. Nous y redécouvrons une liturgie qui nous fascine et nous amène à mieux sentir l’amour et la puissance de Dieu, les jeunes séminaristes redécouvrent le sens de la soutane, la valeur de ce qui est immuable, et ne veulent plus d’innovations théologiques ou d’expériences apostoliques fantaisistes. Notre génération a compris que l’homme ne change pas, et qu’il a besoin de cette Tradition, vivifiée par l’Esprit Saint, certes, mais vénérable, parce qu’immuable. La mode, c’est le quotidien de nos vie, et nous en sommes écœurés. L’immuable, le « démodé » par nature, nous attire plus que tout : nous y sentons la réponse à notre temps.

    Je vous souhaite néanmoins bonne continuation, mon père. En espérant que vous m’aurez compris.

    Bien à vous, dans la paix du Christ,

    Matthieu-Alexandre Durand

  13. Je trouve vos accusations envers ce pape vraiment gratuites, et épidermiques.

    Lisez l’hommage rendu par le pape François à Benoît XVI en mars 2013, vous y verrez son opinion. Vous me direz qu’il s’agissait d’un discours officiel, ne reflétant pas ce que pense vraiment le pape François ? Dans ce cas, vos suffrages iraient vers un pape hypocrite ? En vérité, ces deux papes sont particulièrement proches, mais les médias présentent un tableau qui les éloigne : c’est une illusion. Une illusion que vous aimeriez vraie, pour des raisons qui vous appartiennent.

    A-t-il eu peur quand il a fallu assumer les terribles péchés pédophiles de certains prêtres ? Son action est considérable : son œcuménisme a été fort courageux, et réussi, même avec les musulmans, bien que les médias se soient efforcés de ne montrer que la « crise » provoquée par son discours de Ratisbonne, d’une ampleur toute relative… Défense de la vie contre une force médiatique considérable et hostile, et surtout, c’est un pape qui ne prenait pas les hommes et femmes de haut : il leur adressait un discours élevé, exigeant, où la raison s’opposait à la passion. Comme stratégie de communication au XXIe siècle, c’est unique, je crois. Il est un mauvais communiquant ? J’en redemande.

    Concernant « l’affaire de la levée des excommunications » : vous n’avez pas su voir que c’était la meilleure chose à faire pour mettre au pied du mur la FSSPX. Benoît XVI a montré que Vatican assumait toute la Tradition de l’Eglise, et que les traditionalistes y avaient toute leur place. Le schisme de Mgr. Lefèbvre venait de l’orgueil, d’un manque de confiance en la protection de Dieu pour son Eglise et de ce manque d’obéissance dont je parlais dans mon dernier message. Ce manque « d’obéissance/confiance en Dieu » réuni en une seule famille protestants et lefèbvristes : ceux-là pense que Dieu peut abandonner son Eglise ! C’est un blasphème épouvantable.

    En vérité, Benoît XVI, bien loin de se compromettre avec les Lefèbvristes, a mis en pleine lumière leurs contradictions et leur aveuglement. Il a été la bête noire de la FSSPX, car plusieurs séminaristes traditionalistes ont quitté Ecône pour retrouver l’Eglise-Mère. Vous avez jugé trop vite, sans recul. Cela peut arriver à tout le monde, mais il faut savoir le reconnaître avec humilité. Sans avoir peur, justement.

    Je ne vais pas revenir sur tout ce qu’a fait Benoît XVI, je perdrai mon temps, je le crains. A lire votre réponse, je pense que vous ne lisez pas ce qu’on vous écrit…ou que, confondu, vous n’ayez d’autre choix que de répondre complètement à côté par une phrase laconique.

Laisser un commentaire